Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie Viktor E. Frankl était un un professeur autrichien en neurologie et en psychiatrie. Né en 1905, il a fait des études de médecine et a fréquenté Sigmund Freud et Alfred Adler. Il travaillait à l'hôpital psychiatrique de Vienne quand il a été déporté par les nazis dans le camp de concentration de Theresienstadt en 1942, puis celui d'Auschwitz en 1944.


Pendant sa déportation, Viktor Frankl a donc été confronté à la pire des barbaries et à la folie humaine qu'il raconte dans son livre : "Découvrir un sens à sa vie" qui se découpe en 3 parties relativement courtes et faciles à lire.


La première partie s'intitule "Les expériences vécues par psychiatre dans un camp de concentration". L'auteur y raconte différentes anecdotes assez terribles de la vie du camp. Etant psychiatre, il porte un regard clinique à la fois sur les prisonniers, mais aussi sur les gardiens et les bourreaux. Au fil des expériences, Viktor Frankl s'étonne que les plus robustes, qui étaient le plus dans l’action, étaient les premiers à mourir tandis que ceux qui paraissaient les plus faibles résistaient beaucoup plus longtemps. Il constate que ceux qui survivent sont en fait ceux qui ont une vie intérieure plus riche qui leur permet de se questionner sur le sens et de nourrir ainsi un espoir. C'est donc dans ces conditions inhumaines que Viktor Frankl a défini sa théorie sur l'importance du sens de la vie.


La seconde partie du livres s'intitule "La logothérapie en bref". Viktor Frankl y décrit les bases de la thérapie, qu'il a créée sur la base de son expérience de vie : la Logothérapie. Son objectif est d'aider les personnes à rechercher le sens qu'ils veulent donner à leur vie. Cette partie se découpe en petits chapitres très simples résumant les principaux concepts de cette thérapie. Loin d'être technique, cette partie est au contraire d'une richesse incroyable. Elle nous explique à l'aide de petits chapitres très clairs, illustrés par plusieurs exemples, combien la recherche du sens est essentielle à notre vie.


La troisième partie du livre s'intitule "Pour un optimisme tragique". Il s'agit d'une postface ajoutée par l'auteur en 1984. Il y décrit les compléments apportés à la logothérapie suite à plusieurs recherches adaptées aux principaux maux de la fin du XXème siècle : drogue, chômage, crise existentielle, dépression, suicide...